Overhead view of smiling female friends sharing lunch in restaurant

Et si les restos adaptaient leurs prix en fonction de l’affluence ?

Quand les prix changeront selon les horaires et les jours de la semaine.

© Getty Images

Après l’hôtellerie, les services de chauffeurs privés ou les compagnies aériennes, la restauration pourrait bien devenir le prochain marché à ajuster et faire fluctuer ses prix en fonction de la demande de la clientèle. C’est l’hypothèse qu’émet aujourd’hui le magazine américain Quartzy, à une petite différence près. Là où les services de chauffeurs privés profitent de la forte demande pour augmenter les prix, les restaurants, eux, pourraient profiter des moments de moindre affluence pour baisser leurs tarifs et combler ainsi les creux de réservation.

Publicité

"Au lieu de faire monter les prix la veille du Nouvel An ou lors d’une tempête soudaine, les restaurants fixeront leurs prix classiques aux heures de pointe, comme les soirs de week-end, mais offriront un rabais aux convives intéressés par une table le mardi soir ou pour un dîner à partir de 17 heures", prédit Quartzy. Un peu comme lorsque vous jetez votre dévolu sur un vol d’avion à bas prix, quitte à embarquer à 6 heures du matin.

Bientôt en France ?

Ce nouveau modèle est déjà en mouvement aux États-Unis. En 2014 déjà, en plein Super Bowl, le restaurant Alinea, situé à Chicago et connu pour ses innovations dans la cuisine moléculaire, avait mis en place une opération à destination de ceux qui n’accordaient pas grande importance au football américain. En baissant de 35 % le prix du menu le soir de l’événement (pour arriver à une note de 165 dollars), il avait déclaré au magazine Grub Street que le nombre de réservations était passé de 30 à 74 réservations, alors que ce soir-là, la fréquentation était traditionnellement la plus faible de l’établissement.

Plus près de chez nous, c’est un restaurant londonien qui a adopté une mesure similaire : Bob Bob Ricard, établissement huppé du quartier de Soho. En clair, "une réduction de 25 % est donc appliquée aux dîners le lundi, jour le plus ingrat de la semaine pour le restaurant, quand les soupers du jeudi et du dimanche sont minorés de 15 %", résume Slate. En France aussi l’idée fait son chemin.

Publicité

Si certains restaurants gastronomiques optent pour des services du midi (moins prisés par les clients) à des prix plus attractifs, d’autres établissements s’appuient sur des plateformes de réservation comme La Fourchette pour offrir des rabais lors de créneaux horaires où la fréquentation est la plus basse.

Par Robin Panfili, publié le 11/02/2019

Copié

Pour vous :