© EL_Loco2018 via Twitter

L'histoire du Japonais qui a installé un four à patate douce à l'arrière de son cabriolet

Eh non, il n'a pas participé à Pimp My Ride.

Dans les rues de Yokohama au sud de Tokyo, vous risquez de voir passer une voiture un peu spéciale. Appelée la RodoPot, une contraction entre roadster et potato, cette Mazda Miata est basique à l’avant mais à l’arrière y est installé un four à bois.

Lord Rod, le propriétaire de l’engin, sillonne les rues de la ville pour vendre ses patates douces toutes chaudes qui sortent de son four. Et il s’avère que son business est florissant. 

Publicité

Food truck 2.0

Publicité

Selon The Outline, l'idée lui serait venue dans son enfance lorsqu’il croisa une Toyota Century dans laquelle étaient vendues des nouilles. Des années plus tard, il décida de reproduire ce concept en l’adaptant à la patate douce, un légume qu’il aime particulièrement et qui plaît beaucoup au Japon. 

Publicité

Grâce à son investissement de 500 000 yens (4 700 dollars), il a transformé sa voiture en food truck capable de produire des patates douces rôties, beurrées et caramélisées, concurrençant ainsi les autres vendeurs de rue qui en proposent. 

Merci Twitter 

La RodoPot de Lord Rod a l’avantage de pouvoir se déplacer partout et surtout là où les clients ont le plus de chance de se trouver. Grâce à une stratégie de communication bien rodée sur les réseaux sociaux, le jeune entrepreneur arrive à créer la demande pour ses patates.

Publicité

Chaque matin, il poste sur son compte Twitter le lieu et l’heure à laquelle on pourra trouver son cabriolet et un peu avant qu’il ne mette en route son four, il se filme en direct sur Periscope et il montre à ses potentiels clients son lieu de travail du jour et son trajet. Quand il arrive sur place, quelques fidèles clients l’attendent déjà, pressés de déguster leurs patates.

De plus en plus connu à Yokohama, Lord Rod vient de s’offrir une seconde voiture armée d’un four. Il espère ainsi développer son concept original de voiture-cuisine dans toute la ville. 

Par Claire Verriele, publié le 19/07/2019

Copié

Pour vous :