Pastore, vol direct et sans encombre pour l'Italie du sud

Avec une équipe de choc aux manettes de cette trattoria de haute voltige.

On s’efforce généralement de lire le moins de critiques possible avant d’aller goûter la carte d’un nouveau restaurant. Mais, malgré ces minutieuses précautions, il a été difficile d’échapper aux pluies d’éloges et de compliments sur Pastore, nouvelle table parisienne aux forts mais subtils accents du sud de l’Italie.

© Club Sandwich

Publicité

Une seule issue s’imposait alors à nous : planter à notre tour la fourchette dans les assiettes du chef palermitain Lorenzo Sciabica, un ancien de la très respectée – et respectable – Osteria Ferrara, épaulé de son compatriote Giuseppe Massimo pour les desserts et d'Emma Hayes pour les liquides.

© Club Sandwich

Sainte Trinité

Le rendez-vous est pris pour un déjeuner de semaine. Dans la salle, tables espacées, accueil impeccable, décoration épurée et rayons de soleil qui traversent (littéralement) les assiettes.

Publicité

Sur la table, des blettes et un trio boulettes de ricotta frites pour commencer, des linguine aglio, olio e peperoncino (ail, huile d’olive et piment, soit la Sainte Trinité) aux anchois et chapelure de pain pour enchaîner.

© Club Sandwich

© Club Sandwich

Publicité

Un goût de "reviens-y"

Détour par la carte pour les linguine au homard et tomates datterini qui nous font de l’œil. Un sans-faute, des pâtes importées de la ville de Gragnano jusqu’à la sauce qui, à elle seule, suffirait à vous convaincre de poser des congés pour la Sicile.

Puis, un fin mais copieux semifreddo au mascarpone pour achever le spectacle. On y reviendrait presque le soir même, ne serait-ce que pour le crumble cacao-café.

© Club Sandwich

Publicité

Pastore
26, rue Bergère, Paris (9e)

Par Robin Panfili, publié le 28/06/2019

Copié

Pour vous :