© Jennifer Pallian/Unsplash

Mais pourquoi certains aliments ont la réputation d'être aphrodisiaques ?

Le chocolat et le gingembre seront sans doute parsemés dans votre repas de Saint-Valentin, sans même que vous ne sachiez réellement pourquoi.

© Jennifer Pallian/Unsplash

© Jennifer Pallian/Unsplash

Ce soir, la France sera divisée en deux camps : les amoureux de foot, qui seront postés devant leur télé pour la rencontre PSG-FC Barcelone, et puis les amoureux tout court, qui fêteront une Saint-Valentin digne de ce nom, en compagnie de leur bien-aimé(e). Pour les seconds, internet regorge d'idées de recettes pour pimenter cette fameuse date du 14 février, avec une même liste d'ingrédients qui revient à chaque fois.

Publicité

Du gingembre dans les cocktails, du chocolat et de la cannelle dans nos desserts, des huîtres et des asperges, autant d'aliments réputés "aphrodisiaques" pour s'assurer que la soirée se prolonge jusqu'au bout de la nuit. Beaucoup d'entre vous s'y essaieront sans doute, sans véritablement savoir s'ils ont un vrai effet.

De la mythologie grecque...

En remontant suffisamment loin dans le temps, on se rend compte qu'à peu près tout ce qu'il y a de comestible a été considéré comme aphrodisiaque à un moment donné. Jusqu'au XVIIIe siècle, de nombreuses recettes aphrodisiaques se basaient sur les écrits du physicien grec Galen, comme le rapporte le site WebMD. Celui-ci affirmait qu'un aliment était aphrodisiaque s'il était "chaud et humide" ou s'il produisait... des gaz. À ce titre, on considérait par exemple que les carottes avaient la capacité de stimuler le désir. C'était visiblement avant que la mise a jour du romantisme n'ait eu lieu.

Aujourd'hui, la plupart des aliments aphrodisiaques tiennent leur réputation des mythes qui les entourent. C'est le cas des fruits de mer, sacralisés car issus de l'environnement qui a vu naître Aphrodite, la déesse de l'amour. Pour ce qui est des huîtres, elles auraient été utilisées en son temps par Casanova pour séduire une jeune vierge. D'après Vogue, on raconte également que l'empereur aztèque Moctezuma buvait jusqu'à 50 tasses de chocolat avant de se rendre dans son harem.

Publicité

... aux explications scientifiques

Si la notion d'aphrodisiaque est tout ce qu'il y a de plus abstraite, la science permet toutefois d'apporter des éléments de réponse plus concret quant à la pertinence de ces "réputations". Le gingembre contient par exemple du gingérol, une substance qui a une action stimulante sur l'organisme. De même, les huîtres s'avèrent être riches en zinc, et le zinc augmente la production de testostérone chez l'homme.

Autres éléments permettant de justifier la propension aphrodisiaque des huîtres : leur aspect visuel, qui suggère celle des parties génitales de la femme. Au Moyen-Âge, la loi de similarité voulait - dans un raisonnement assez réducteur - que nous prêtions des vertus aphrodisiaques aux aliments ayant des formes tendancieuses, comme l'asperge. Alors qui sait, peut-être que dans plusieurs dizaines d'années, on dira de la pêche ou de l'aubergine qu'ils sont aphrodisiaques. Inutile de demander pourquoi.

Par Lenny Sorbé, publié le 14/02/2017

Copié

Pour vous :