©Mar Cuervo

Cette artiste prend un malin plaisir à écraser toutes sortes de desserts industriels

L'artiste espagnole Mar Cuervo fustige la "fausse perfection" en écrasant des sucreries colorées avec ses mains.

©Mar Cuervo

©Mar Cuervo

"On a tous déjà entendu : 'ne joue pas avec la nourriture.' On était disciplinés mais au fond, on voulait tous jouer avec." Chez Mar Cuervo, l'envie d'écraser des aliments avec ses mains ne date pas d'hier. Alors l'artiste espagnole basée à Los Angeles s'est mise en quête « d'objets comestibles » trop beaux pour être vrais, dans l'unique but de se filmer en train de les broyer. Si cela s'avère agréable à faire et à regarder, Mar Cuervo porte aussi un message plus politique.

Publicité

L'artiste née en Espagne a été élevée au son de la musique des années 1990 et influencée par le mouvement des Riot grrrl, explique-t-elle sur son site internet. Elle se considère comme une artiste-chercheuse, qui se documente sur son sujet avant d'en faire une œuvre. Si l'image des femmes reste son sujet de prédilection, Mar Cuervo a décidé pour le projet Destroyed de s'attaquer aux formes trop calibrées des desserts industriels, symbole selon elle de l'obsession de la société pour la perfection.

"Comme un rituel, j'ai commencé à collecter ce que j'ai appelé des 'objets comestibles' pour leur douceur et leur fragilité. Ils ne demandaient qu'à être détruits."

Cupcakes, flans, guimauves au chocolat, gelées ou biscuits crémeux : tout y passe

 

©Mar Cuervo

©Mar Cuervo

Publicité

Ces desserts écrasés à coups de poing sont pour Mar Cuervo l'expression d'une colère, un sentiment dont la force peut effrayer la société.

"Leur fragilité me donne envie de les détruire, je déteste la perfection et la mise en scène de la réalité. Ces desserts ont l'air si parfait qu'ils n'éveillent aucun désir de les manger... C'est le cas pour tout, quand la spontanéité et le naturel sont dissimulés sous une apparente perfection, tous les sentiments disparaissent. Or la colère est à l'origine des plus beaux changements sociétaux. Tous les mouvements liés aux droits civiques viennent de la colère. La colère change les choses, crée des choses", déclare Mar Cuervo au Los Angeles Times.

©Mar Cuervo

©Mar Cuervo

Publicité

©Mar Cuervo

©Mar Cuervo

Par Sirine Azouaoui, publié le 21/09/2016

Copié

Pour vous :