L’avocat, l’or vert qui menace l’environnement en Amérique latine

France 5 a diffusé le documentaire L’avocat, un fruit qui fait sa loi, qui évoque la face cachée du fruit devenu une star des assiettes à travers le monde entier.

capture-decran-2017-01-17-a-10-24-23

Publicité

Potassium, minéraux, vitamines, bon gras : l'avocat a tout pour lui. Il est bon, nourrissant, il est joli et c’est le genre de fruit qui peut améliorer n’importe quel plat. Ce n’est pas pour rien qu’il est devenu un phénomène depuis quelques années. Et même si l’avocado toast est un mot anglais, la France aussi connaît son avocado mania : l’Hexagone détient en effet le record européen de la consommation d’avocat, avec un kilo et demi par personne chaque année.

Avant d’arriver en Europe, les avocats ont fait un long chemin principalement depuis le Pérou, le Chili et le Mexique. Trois pays bien lointains… du moins assez lointains pour générer des effets écologiques et humains désastreux. On savait déjà que la culture d’avocats commençait à décimer les forêts au Mexique et que les cartels menaient la vie dure aux agriculteurs. C’est désormais confirmé par le documentaire diffusé sur France 5, L’avocat, un fruit qui fait sa loi.

La capitale de l’avocat mexicain, Tancitaro, a connu en 2013 une "guerre de l’or vert" entre producteurs et narcotrafiquants. Désormais, la ville est sous le contrôle de milices d’autodéfense : en clair, les agriculteurs se sont armés pour résister aux mafieux habituellement intéressés par la drogue. L’avocat rapporte beaucoup d’argent et les narcotrafiquants voulaient leur part, soit 2 000 pesos pour chaque hectare cultivé. Comme on le savait déjà, l’avocat profite aux cartels mexicains, qui tuent et rackettent pour lui.

Publicité

1 000 litres d'eau pour trois avocats

Le fruit est aussi un danger pour l’environnement, au Chili notamment, deuxième producteur dans le monde. Les gros producteurs rasent les forêts pour planter les arbres. Et l’avocat a besoin de beaucoup, beaucoup d’eau... Un seul fruit consomme deux fois plus d’eau qu’un être humain. Par exemple, pour faire pousser trois avocats, il faut 1 000 litres d’eau (sans compter le bilan carbone).

L’avocat est tellement gourmand que l’eau vient à manquer pour les habitants de certaines régions chiliennes. Là-bas, l'eau est privatisée et pour en avoir, il faut un crédit accordé par l’État. Et bien sûr, on favorise plus les exportateurs qui ramènent de l’argent que les petits agriculteurs et les simples citoyens. Au point que les Chiliens sont récemment descendus dans la rue pour dénoncer ce manque d’eau. Encore de bonnes raisons d'y réfléchir à deux fois avant d’acheter des avocats à chaque fois qu’on fait ses courses.

L'avocat, un fruit qui fait sa loi, diffusé sur France 5 et disponible en replay.

Publicité

Par Sirine Azouaoui, publié le 17/01/2017

Copié

Pour vous :