Par Lenny Sorbé

Tandis que les produits "unicorn" bourrés de colorants (naturels ou non), cartonnent, c'est désormais d'un maïs arc-en-ciel que le Net s'éprend.

© Native Seeds/SEARCH

© Native Seeds/SEARCH

Donnez à une glace ou à un bagel une couleur qu'on ne lui prête pas habituellement, et voyez tout Internet s'enflammer dans la seconde qui suit. À une époque où la dimension visuelle d'un plat est au moins aussi importante que son goût, de nombreuses enseignes redoublent d'inventivité pour transformer le plus banal des aliments en un mets extravagant qui fera pleuvoir les likes. Mais il arrive parfois que les aliments colorés pour lesquels les réseaux sociaux s'amourachent soient issus de procédés parfaitement naturels. C'est le cas de la "Glass Gem", une mystérieuse variété de maïs aux couleurs de l'arc-en-ciel.

Le croisement de trois autres variétés de maïs

Si Internet a découvert son existence au creux de l'année 2012, cela fait en réalité plusieurs décennies que le maïs "Glass Gem" est cultivé. Une vidéo, publiée par Mother Earth News et relayée par Refinery29, désigne un certain Carl Barnes comme étant le père de cette variété. Descendant de Cherokee, ce fermier de l'Oklahoma aurait souhaité faire pousser du maïs à la fin des années 1980 afin de se rapprocher un peu plus de ses racines. C'est en croisant trois autres variétés de maïs qu'il serait parvenu à créer son fameux "rainbow corn".

En 1994, Carl Barnes rencontre Greg Schoen, un jeune agriculteur qu'il prend sous son aile, lui transmettant ses connaissances ainsi que quelques graines de sa création. Une dizaine d'années plus tard, c'est lui qui cultivera pour la première fois la "Glass Gem" à grande échelle. Aujourd'hui, les fermiers nord-américains peuvent à leur tour se procurer la graine auprès de la société Native Seed/SEARCH, qui la vend en paquets de 50 au prix de 4,95$ (environ 4,60 euros).

Non, son pop-corn n'est pas multicolore

Le maïs "Glass Gem" a la particularité de ne pas être mangé directement à l'épi. S'il est récolté sec, on peut éventuellement en faire du pop-corn (qui ne sera évidemment pas multicolore, désolé). Mais la plupart du temps, on préfère le moudre en farine de maïs pour en faire – entre autres – des tortillas. De quoi en faire la variété privilégiée des cuisines latino-américaines ? Encore faut-il pouvoir mettre la main dessus.

"Il y a des centaines de variétés de maïs, si ce n’est des milliers. Le problème, c’est que par souci de rendement, beaucoup de variétés anciennes sont progressivement supprimées", se lamentait Colman Andrews, directeur de la rédaction du Daily Meal, dans un épisode de la série Chef's Table. Comme pour la banane, les agriculteurs ont tendance à privilégier une monoculture du maïs qui nous restreint à la variété jaune que l'on connaît. Alors autant dire que les tacos et burritos colorés, ce n'est pas pour tout de suite.

À lire aussi : Avec le “Unicorn Toast”, la tendance multicolore débarque au petit-déjeuner