Par Sixtine Jacquemin

Une boisson à base de pain de seigle fermenté, levure, malt, sucre et eau.

Le kvass : cette boisson ne vous dit peut-être rien, mais c’est pourtant un classique des tables russes. Sucré et pétillant, le kvass colle à la langue. Selon le magazine Atlas Obscura, la boisson fait sa première apparition en 969, au baptême du prince Vladimir. Prisé depuis des siècles, le fameux breuvage était bu par les moines et les grands auteurs comme Tolstoï et Pouchkine. À l’époque, il était plus sûr de boire cette boisson, qui contient 0,5 % d’alcool, que l’eau qui pouvait transmettre des maladies.

Patriotisme kvass

Dans les années 1960, en pleine Guerre froide, les Soviétiques tentent de dépasser les Américains et d’imposer leur influence dans le monde. Pour les dirigeants soviétiques, le kvass peut conquérir le monde, ils se lancent donc dans une production de masse du breuvage. Le premier ministre Nikita Khrouchtchev annonce qu’il veut le commercialiser à l’international : "Le kvass va concourir contre le Coca-Cola et le reste des breuvages impérialistes", comme le rapportait le New York Times en 1964. Le marketing de la boisson était centré sur les prétendus bienfaits du kvass sur le système digestif et cardio-vasculaire. Le kvass, objet du patriotisme russe, fut ainsi utilisé comme l'"anti-sodas" américains et un moyen de concurrencer les produits états-uniens. Cependant, le kvass n’a pas fonctionné à l’international.

"Non à la cola-nisation. Kvass. À la santé de la nation"

Selon un rapport, entre 2001 et 2009, la vente de kvass a augmenté de 1 580 %, ce qui concorde avec la période où la marque de kvass Nikola diffusait ses publicités anti-occidentaux qui tournait en ridicule le président Ronald Reagan ou Michael Jackson. Le patriotisme kvass a supplanté la globalisation et l’arrivée des géants du soda dans le pays. Un spot publicitaire de la même marque, datant de 2007, met en scène une famille russe dont le père, grimé en un membre du groupe Kiss, une bouteille de Cola à la main, effraie ses enfants, avant de boire du kvass et de se transformer en bon père de famille aimant. Le slogan est clair : "Non à la cola-nisation. Kvass. À la santé de la nation."

Aujourd’hui un brin obsolète, le kvass a fait son retour tel un mème Internet après que le président Vladimir Poutin a fait une blague lors d’une interview télévisée en 2014, lorsqu’il demande au journaliste s’il est saoul au kvass. Pour conquérir le marché russe, même la marque Heineken a annoncé qu’elle allait se lancer dans la fabrication de sa propre recette du breuvage.

Voilà l’excuse parfaite pour partir dans le froid russe et goûter à cette boisson sucrée, et comme on dit en Russie, zdorov’ye (santé !) !