© Henrique Felix/Unsplash

"Tais-toi et mange !" : une journaliste raconte sa semaine de repas silencieux

Sept jours auront suffit à bousculer les habitudes et les idées reçues de la rédactrice new-yorkaise Elettra Wiedemann.

© Henrique Felix/Unsplash

© Henrique Felix/Unsplash

Ancienne mannequin devenue journaliste, Elettra Wiedemann s'est récemment livrée à une drôle d'expérience, retranscrite en détails pour le site Refinery29. Il y a près de six mois, elle quittait sa hometown new-yorkaise et s'engageait dans un séminaire de méditation silencieuse. Sept jours sans parler ni lire, sans technologies ni même un quelconque contact visuel avec un autre individu. En bref, une semaine seule avec elle-même.

Publicité

Outre la méditation, qui occupait quatre heures de son temps quotidien, la journaliste de 33 ans s'est bien évidemment nourrie. Et si l'on en croit l'article qui a été consacré aux vingt repas qu'elle a engloutis dans ces conditions de silence absolu, ce séminaire a fait considérablement évoluer son rapport à l'alimentation :

"Je ne pensais pas que manger en silence pendant une semaine m’ouvrirait à de nouvelles perspectives. Mais j’avais complètement tort."

"L'impression d'être plus nourrie et plus satisfaite"

Sans le brouhaha des bavardages qui entourent généralement un repas, Wiedemann a pu prendre pleine mesure des aliments qu'elle ingérait. D'un point de vue nutritif d'abord, elle dit avoir eu "l'impression d'être plus nourrie et plus satisfaite". À New York, elle a pris la mauvaise habitude de manger continuellement, avec des grignotages intempestifs entre les repas. Et le silence lui a enlevé la fatigue qu'elle ressentait habituellement.

Publicité

Au niveau des saveurs, la rédactrice a redécouvert le goût de certains aliments qu'elle consomme pourtant quotidiennement. C'est en saupoudrant de la noix de coco râpée sur sa farine d'avoine qu'elle a eu une sorte de révélation :

"Je me suis rendue compte que le simple fait de manger silencieusement, même sans stimulation externe, amplifiait les saveurs à un niveau que je n’avais jamais expérimenté jusqu’à maintenant", écrit-elle.

Prendre le temps de bien manger

Et pour cause, Elettra Wiedemann a véritablement pris le temps de savourer ces mets. Le temps également de réfléchir à des questions plus profondes encore : pourquoi se sent-elle obligée de parler pendant un repas ? Pourquoi mange-t-elle si vite ? Pourquoi craint-elle le regard des autres en mangeant ?

Publicité

Ce séminaire lui a permis d'ouvrir les yeux sur certaines conceptions qui sont ancrées en elle sans explication plausible. Elle a par exemple réalisé que le café qu'elle prenait le matin ne faisait que la rendre d'autant plus anxieuse. Aujourd'hui, elle opte plutôt pour du thé vert. De même, elle a désormais pris l'habitude de savourer tous ses repas dans le plus grand calme.

Par Lenny Sorbé, publié le 29/12/2016

Copié

Pour vous :