Vos california rolls vont paraître bien tristes à côté de ces mosaïques de sushis

La nouvelle mode au Japon est de construire des mosaïques colorées avec son riz et son poisson cru.

Publicité

Faire ses sushis soi-même c'est déjà gratifiant. Rouler parfaitement des california rolls, ça vaut bien sa petite photo sur Instagram. La nouvelle mode venue du Japon va ridiculiser vos si beaux sushis faits maison. Fini les simples morceaux de riz et thon enroulés dans une feuille d'algue nori, fini les tranches de saumon posées délicatement sur un rectangle blanc. Maintenant, pour être instagrammable, il faut créer des mosaic sushis. Rassurez-vous ça n'a pas l'air si compliqué.

Le principe c'est de préparer différentes sortes de sushis, en carré, puis de les découper en plus petits carrés. Il suffit ensuite de disposer les blocs selon leur couleur pour donner un joli tableau. Un carré concombre à côté d'un carré saumon, puis un carré omelette. La base est toujours la même : du riz blanc vinaigré. Et par dessus, on peut tout faire, rajouter des herbes, des œufs de poisson, des petits morceaux de citron ou des lamelles de radis pour décorer.

Publicité

Chaque carré est assez simple, tout est dans la disposition

Tastemade Japan a publié une vidéo pour expliquer comment créer ces tableaux colorés. Et ça ne semble pas impossible à reproduire. Il suffit d'avoir une boite carrée pour bien étaler le riz, puis placer une feuille d'algue, remettre du riz et garnir par dessus.

Une photo publiée par ms_kitchen (@meeeko.k) le

Publicité

Publicité

Une photo publiée par @mingora le

Trop simple pour vous ? Passez à la version maki

Ces mosaïques existent aussi en version maki, mais cette fois, ça a l'air plus technique. Les motifs sont créés à l'intérieur du rouleau de riz. La garniture est géométrique et symétrique. Il faut rouler des makis, puis les couper en quatre avant de bien les placer pour réaliser de jolies formes.

Makesushi.org

Une photo publiée par Cake (@perhotsky) le

Une photo publiée par Janek Šobr (@janekcz) le

Par Sirine Azouaoui, publié le 26/08/2016

Copié

Pour vous :